Le blog de florimond

Racisme

Posted on: 9 décembre 2005

J’ai failli intituler ce billet La banlieue c’est dangeureux mais je crois que je ne vais pas trop insister sur le sujet.

Il s’agit donc de raconter ma petite mésaventure de vendredi matin, en allant au boulot. Mon trajet habituel, à pied faut-il le rappeler, consiste à traverser le bois de la Garenne quand il est ouvert (parce qu’en hiver, ça n’a rien d’évident à l’heure à laquelle je vais bosser ; officiellement il ouvre à 8 heures). Au bout de l’escalier qui est juste après l’entrée que je prends, j’aperçois une silhouette noire (difficile de voir autre chose dans un bois alors que le jour n’est pas encore levé), autour de laquelle s’excite un petit chien, qui saute dans les sens et aboie à tout rompre. Alors que je m’approche, je me dis que je vais lui faire une remarque à cet abruti, parce que c’est un bois protégé et que les chiens doivent être tenus en laisse. Et donc je suis relativement pris au dépourvu lorsqu’une dame débarque d’un chemin de traverse et que le type lui lance «Faites attention, je n’hésiterai pas à l’exécuter devant vous la prochaine vous.» Et d’ajouter, alors que j’essayais de bien comprendre les premiers mots que j’avais entendu prononcé par un « humain » dans la journée, «Sale français !».

Je crois bien avoir marqué un temps d’arrêt sur le coup.

La dame a rappelé son chien et est partie par l’escalier d’où je venais. Le type a continué à marmonner «sale français» à de nombreuses reprises, pendant de longues minutes, avec des intonations diverses et variées ; je suis bien placé pour le savoir, puisqu’il se trouve qu’il a pris le même chemin que moi et que je l’ai eu dans le dos un moment relativement long – jusque ce que ça soit vraiment trop pénible et que j’accélère suffisament pour le lâcher, au moins jusqu’à la sortie du bois. (Non parce que je me suis dit que ce serait bien de voir à quoi il ressemble à la lumière, cet ######.)

Et donc on se dit que finalement aller au travail ça fait vraiment plaisir certains jours. Globalement, j’ai l’impression que c’était un moins mauvais moment que quand j’ai du reprendre le travail d’un collègue et que ce dernier tournait comme un lion en cage dans mon dos ; comme quoi je dois en fin de compte être très remonté le matin en sortant de chez moi …

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

décembre 2005
L M M J V S D
« Nov   Jan »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Ce que je ne développe pas

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.

%d blogueurs aiment cette page :