Le blog de florimond

Un usager mécontent

Posted on: 22 avril 2008

Ce billet aurait également pu s’appeler « un client dans la nuit », ou « une toile d’araignée sur le trottoir ». Il raconte la mésaventure qui m’est arrivée dans la nuit de samedi à dimanche, suite à une sortie à caractère exceptionnel et festif, attendu qu’il s’agissait de célébrer un anniversaire¹. L’événement se produisant à Paris et non au domicile de la personne, se posait la question du moyen de transport pour s’y rendre. J’exclus systématiquement la voiture de mes choix pour me rendre à Paris, s’y garer relevant en général d’un défi qui a tout ce qu’il faut pour me faire perdre une part de patience et de bonne humeur². Reste donc les transports en commun. Sauf que la gare RER, moyen ferré le plus proche pour se rendre à la capitale de chez moi, nécessite d’engager un parcours fort désagréable à pied – loin et avec un fort dénivellé, qui aurait le goût de proposer la montée pour le retour, au plus fort de la nuit. J’adopte donc une solution intermédiaire : je me rends en voiture à la gare, et j’y prends le RER.

Une bonne soirée se passe …

Vers minuit vient le moment où je m’inquiète de l’heure de rentrer et des derniers trains qui circulent. Une invitée me rappelle que le samedi, les horaires de passage des derniers métro et RER ont été rallongés d’une heure. Je me souviens avoir vu effectivement de la « publicité » dans ce genre à la gare RER, et que la ligne en question dépend de la RATP pour la partie Sud. Je reste donc assez confiant et prolonge un peu ma présence pour profiter de la soirée. La désillusion est donc grave et cruelle lorsque, arrivé à Châtelet pour prendre le RER après avoir utilisé le métro 4, je me trouve devant de grands filets qui bloquent l’accès aux RER, filets sur lesquels des affichettes clament « L’extension de trafic ne concerne pas les trains grandes lignes et ce RER. » Alors même que c’était ce qui était vendu à la gare même dont je suis parti. Voilà qui donne des raisons d’aimer la RATP. Mais qu’importe, je ne vais pas me laisser arrêter ici : profitant de mon équipement téléphonique mobile accédant au web via i-mode, je me connecte au site adapté de la RATP (http://imode.ratp.fr ; interdit aux vrais navigateurs, quel esprit d’ouverture …) Ce dernier m’indique que je peux rejoindre rapidement où je le désire en me rendant à Montparnasse via la ligne 4 et en prenant tout de suite derrière un bus de nuit ligne 63. Et là, en arrivant à l’arrêt de bus, autre mauvaise surprise : le site m’a carrément menti, puisque loin d’un départ affiché à 2h pour rejoindre mon terminus, il me faudrait attendre 2h45, les bus précédents s’arrêtant à Fontenay. La perspective de me geler pendant plus de trois-quart d’heures à proximité d’une compagnie douteuse ne m’enchantant guère, je décide de prendre l’option « finir à pied ». Une petite dizaine de personnes descend d’ailleurs du bus à son dernier arrêt à Fontenay, soit énormément plus que lors des arrêts précédents – preuve que soit l’arrêt est extrêmement populaire, à moins que la ligne ne soit mal taillée ?

En marche forcée, j’ai finalement réussi à rejoindre ma voiture vers 2h30, ce qui me fit arriver chez moi peu avant le départ du fameux bus avec le bon terminus. J’ai pu constaté combien la marche était populaire dans les environs lorsque j’ai déchiré une toile d’araignée tissée sur le trottoir entre un panneau de signalisation routière et un grillage de propriété privée – ce qui aurait pu inspirer un titre pour ce billet. Après que le groupe se soit dispersé à la descente du bus, chacun ayant manifestement son itinéraire préféré, je n’ai croisé à pied qu’une seule autre personne – mais ai été dépassé par bien plus de véhicules.

Un grand bravo à une certaine régie de transport pour avoir donc réussi à me mentir par deux fois dans la même soirée. Est-ce que je dois comprendre qu’il est préférable de choisir des transports polluants mais dignes de confiance ?

¹ : je sais que le lectorat ne sera pas satisfait tant qu’il ne saura pas de qui il s’agit ; je me contenterai de dire qu’il s’agit de quelqu’un qui eut commenté sur ce blog, fut un temps. Et dont l’âge n’est pas éloigné du mien.
² : ce qui n’est pas peu dire, moi qui me vante d’être la patience masculine personnifiée.

Publicités
Étiquettes : , ,

2 Réponses to "Un usager mécontent"

Mais quel chieur. Tu feras moins le malin quand on aura restauré des couvre-feux.

Tu vis en banlieue de Paris et non dans Paris, ça change tout malheureusement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

avril 2008
L M M J V S D
« Mar   Mai »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

Ce que je ne développe pas

%d blogueurs aiment cette page :