Le blog de florimond

Agricola

Posted on: 24 novembre 2008

Vue d'un joueur lors d'une partie d'Agricola

N’avez-vous jamais rêvé d’être un paysan au XVIIème siècle ?

Qu’est ce que c’est que ça ?

Si ce n’est pas le cas, Agricola risque de vous faire changer d’avis. J’exagère à peine. Il s’agit d’un jeu de plateau de Uwe Rosenberg, coédité en français par Lookout Games et Ýstari, destiné à occuper de 1 à 5 joueurs. Ces derniers représentent une famille de paysans dont le but est de développer leur ferme, en se diversifiant le plus possible. Le départ se fait de pratiquement rien : une famille de deux membres, pas de champs, pas de pâturages, pas d’animaux, peu de nourriture. La partie est découpée en 14 tours, durant lesquels chaque membre de la famille réalise une seule action, ce qui donne une bonne idée de la durée de la partie – plus l’expérience des joueurs grandit, plus l’estimation de la boîte de 30 minutes/joueur est bonne voir surévaluée. Les actions, différentes en fonction du nombre de joueurs permettent de collecter des matériaux de constructions (bois, argile, pierre, roseau), de prendre des céréales ou des légumes, d’attraper des animaux (moutons, sangliers, bœufs), d’agrandir sa maison, de la rénover, de construire des pâturages, de contruire des aménagements (four, puits, …), de développer des savoirs-faires, labourer des champs, de les semer … (de nouvelles actions devenant disponibles au fur et à mesure des tours, dans un ordre qui change selon les parties). Six récoltes ont lieu durant la partie (à la fin de tours fixes, de plus en plus rapprochées plus on approche de la fin du jeu), durant lesquels les joueurs récupère des bénéfices de ce qu’ils ont semé (hé oui, il s’agit d’une récolte !), doivent nourrir les membres de la famille (ou mendier, mais c’est vraiment mal), et reçoivent éventuellement des bestiaux supplémentaires issus de la reproduction.

Qui gagne ?

À la fin des tours, on compte les points de chaque joueur selon différents critères : nombre de céréales, nombre de légumes, taille de la maison, robustesse de la maison, taille de la famille, nombre de champs, nombre de moutons, … sachant que l’absence dans un élément entraîne un score négatif pour celui-ci, et que les cartes mendicité accumulées durant la partie font également perdre des points dans le décompte final – d’où l’intérêt de faire attention à sa nourriture et de se diversifier. Le vainqueur est bien évidemment celui qui a le plus de points (typiquement de 20 à 50 points selon l’expérience et le nombre de joueurs, hors partie en solitaire).

Renouvellement

Le jeu est varié, on a beaucoup de mal à situer au début où donner de la tête (et même moi encore parfois du haut de ma dizaine de parties), j’ajoute que lorsque quelqu’un effectue une action elle n’est plus disponible pour le reste du tour et vous comprendrez qu’il s’agit d’un jeu de construction et de planification (et de blocage, dans une (très) moindre mesure). Pour augmenter encore la diversité des parties, si besoin était, il y a trois sets de cartes correspondants à des aménagements mineurs et des savoirs-faires (chaque joueur recevant aléatoirement sept cartes de chacun de ces types au début de la partie) qui sont classés en extensions pour débutant, pour partie interactive, ou pour partie complexe.

C’est du lourd !

Le matériel fournit est foisonnant, c’est sans conteste la boîte la plus dense que je possède. La boîte au format A4 contient 8 plateaux (5 individuels et 4 communs), 360 cartes de huit types différents, 313 pions en bois de couleurs et de formes différentes , plus les tuiles de champs et de maisons. Le jeu peut paraître complexe, mais il ne l’est pas tant que ça. En plus d’autres variantes, les règles prévoient une version familiale qui permet de jouer avec des enfants au collège.

Mon avis

(… pour ce qu’il vaut ! 🙂 ) Je peine à trouver des mots pour décrire l’enthousiasme que ce jeu a provoqué chez moi durant de nombreuses parties. J’ai du mal à refuser une partie lorsque l’on m’en propose une. Le « sommet » est que même ma copine aime beaucoup y jouer – ce qui est très loin d’être le cas de beaucoup d’autres jeux que j’apprécie, eu égard au genre. Je vous le recommande vivement ; en cette période de fin d’année, il fait probablement le cadeau de Noël idéal (comptez environ 40 €).

Publicités

9 Réponses to "Agricola"

Ça a l’air bien, ça… Par contre, y’a moyen de choper une édition en anglais? voire en tchèque, mais là c’est moi qui pigerai pas 😦

Merci pour cette revue de jeu ! J’ai toujours rêvé d’être péon…

Les bons vieux jeux qui ne payent pas de mine. Ca me rappelle de lointaine partie de Citadelles.

elPadawan : Oui, ça existe aussi en VO ; cf http://www.boardgamegeek.com/game/31260

Laurent : je savais que ça te ferait plaisir ! (Et puis ce n’est pas comme si les armoiries du KomiTê n’y trouvaient pas un sens …)

Keeh : en fait, ça n’est pas vraiment vieux, ça date de l’an dernier pour la version originale, et de cette année pour la VF.
J’aimais beaucoup Citadelles « quand j’étais jeune », mais j’ai perdu beaucoup d’intérêt pour ce dernier jeu. Il souffre de la comparaison avec Agricola, en tout cas, même dans des genres différents. J’ai maintenant du mal avec le côté aléatoire de Citadelles. Et ça se joue très mal à deux !

Y jouant aussi dans ma « jeunesse », je n’ai jamais eu l’occasion de faire des parties à 2 (le problème était généralement de se retrouver à suffisamment peu pour pouvoir y jouer).
Agricola m’a l’air d’une bonne alternative au Scrabble (beaucoup trop de hasard aussi là dedans …), reste à réussir à mettre mes pattes graisseuses dessus.

Hum… plus qu’à trouver une victime à qui l’offrir à Noël pour pouvoir y jouer.

Aaaaaaaaaaaahhhhhhhhh
Un eju à esquiver d’urgence! Karim serait capable de voler mes poules le fourbe! 😀

Je viens de l’acheter. En promo dans un salon pour gamins. En République Tchèque. Merci Internet pour le PDF avec les règles en anglais et les traductions des cartes.

Je sais pas pourquoi, mais je sens que je viens de m’autocoller un handicap. Grave.

Ouais, ben avec les montagnes de cartes, ça va être tendu. Je n’imagine pas jouer à ce jeu dans une langue que je ne maîtrise pas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

novembre 2008
L M M J V S D
« Oct   Déc »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Ce que je ne développe pas

%d blogueurs aiment cette page :